Les schémas centrés

17 oct 2017Outils d’accompagnement

 

Envie d'en savoir plus sur les schémas centrés, les différents types de schémas, les raisons de ces schémas,  les différentes utilisations possibles ? Le futur livre d'Armelle Géninet répondra à toutes ces questions.

Et pour vous faire patienter, voici en primeur une partie de l'introduction de son livre. 

Sa sortie est prévue au printemps 2018, nous ne manquerons pas de vous tenir au courant, via notre page et la newsletter..

 

Anne-Françoise Bouillet

Les « Schémas centrés »

De nouveaux outils pour mieux réfléchir

 

Dans des livres scolaires récemment édités, dans des documents crées par les enseignants, orthophonistes et accompagnateurs pédagogiques nous trouvons désormais des schémas  plus ou moins fantaisistes, bizarrement organisés, souvent colorés,  illustrés et surprenants car en rupture avec des présentations plus traditionnellement linéaires. S’agit-il d’une mode ? Quel peut en être l’intérêt ? Est-ce vraiment utile ? Pour qui ? Conviennent-ils à tous les élèves ? Ces questions sont tout à fait pertinentes, mais pourquoi ne pas les poser aussi sur des présentations plus traditionnelles ? Certes les adultes actuellement en responsabilité d’enseigner ont réussi et fait leurs preuves sans cela, réussissant souvent brillamment leurs études, s’adaptant remarquablement à tout ce qui leur était proposé et c’est encore le cas de certains élèves. Mais si la pensée des jeunes change, notre système éducatif doit suivre et proposer de nouveaux outils facilitateurs de l’apprentissage.

Le « mindmapping » diffusé en Europe par Tony Buzan dans plusieurs ouvrages* et repris sous d’autres appellations comme « schémas heuristiques », « cartes heuristiques » ou « cartes mentales » sont susceptibles de s’inscrire dans une telle démarche. Il nous semble cependant que leur utilisation précède trop souvent une nécessaire réflexion approfondie sur son rôle entre le sujet qui apprend et l’objet d’apprentissage. Si ce que nous avons choisi de  nommer « schémas centrés », pour en présenter une plus grande palette de formes et de finalités, provoque encore des rejets chez des enseignants et des élèves, c’est qu’ils ont sans doute été présentés un peu légèrement. Nous devons nous poser des questions préliminaires: pourquoi ? Pour qui ? Pour quelles finalités ? Comment et Quand l’utiliser ? Nous verrons que les utilisations sont vastes et que la façon de les introduire est très importante pour que les élèves, y compris les « bons élèves », se les approprient en autonomie et en tirent le plus grand bénéfice et pas uniquement pour leurs parcours scolaires. 

Les « schémas centrés » qui sont présentés dans cet ouvrage ont comme intérêt, outre de réconcilier espace et temps, de systématiser la création de liens logiques ou originaux incontournables de l’accès à la mémorisation, la compréhension et la réflexion.  Ils permettent la création de nouvelles connections neuronales, leur stabilisation afin de créer de nouveaux réseaux de neurones. Ils  peuvent prendre des formes différentes en fonction du sujet traité, de la personne qui les réalise, de la (ou les) personne(s) à qui ils sont destinés, des gestes mentaux sollicités. 

Cet ouvrage présente des formes différentes de schémas centrés ainsi qu'un "catalogue" d'utilisations pédagogiques et didactiques possibles.

 

 

Partager l'article:
Armelle Geninet - Formatrice Gestion Mentale
Auteur
Armelle Geninet

Formatrice en Gestion Mentale

Auteur à succès de plus d’une dizaine de livres traitant du sujet, Armelle est également conseillère pédagogique à Bordeaux

  • L'évocation est une image mentale, visuelle, auditive ou verbale, par laquelle le sujet rend mentalement présent le monde qui l'entoure, la réalité qui est, ou celle qu'il invente.
    antoine de la garanderie
  • Il est évident que la conscience éducatrice, dans sa précipitation, ne pense qu’à présenter des conditions de perception et des modèles d’action. Elle oublie qu’elle a un rôle d’éveilleur de conscience, que la maturité de de l’être humain est principalement d’ordre éducationnel et pas fonctionnel
    Antoine de la Garanderie (colloque d’Angers 1990)
  • Permettre à l'élève de rencontrer ses pouvoirs de connaître afin qu'il vive un bonheur d'être
    Antoine de la Garanderie
  • La peur est l'écran que l'homme met entre lui et sa liberté.
    Antoine de La Garanderie
  • On a pu dire de l'éducation qu'elle n'est ni un dressage ni un fruit de contraintes : éduquer c'est aider l'homme à s'éveiller à lui-même ; c'est sauver sa vocation d'homme ; en somme c'est lui permettre de s'éduquer lui-même.
    Antoine de La Garanderie